Comité Départemental du Souvenir des Fusillés de Châteaubriant de Nantes et de la Résistance en Loire-Inférieure

Une Statue dédiée à la mémoire de Renée Losq

Les cérémonies du 70e anniversaire du « procès des 42 » se sont ouvertes samedi 9 février à Sainte Luce avec 250 personnes

Hommage à Renée et Jean Losq
Samedi 09 Février 2013 à 14h30 à Sainte Luce
Allocution de Christine Fernandez pour le Comité du Souvenir des fusillés de Nantes Chateaubriant et de la résistance en Loire-Inférieure

Monsieur Le Maire
Mesdames et Messieurs les descendants de Renée et Jean Losq
Mesdames et Messieurs les élus et représentants des associations de la résistance et de la déportation
Mesdames et Messieurs

Monsieur le maire vient de retracer les personnalités de Renée et Jean Losq que nous honorons aujourd’hui à l’occasion du 70ème anniversaire du procès dit des « 42 ».En fait il étaient 45 résistants communistes, 40 Français dont 2 femmes et 5 Républicains espagnols, ils furent tous jugés en Janvier 1943 par un tribunal de guerre allemand. Ce procès fut mis en scène par les nazis comme un grand spectacle de propagande visant à éradiquer tout acte de résistance. Il n’est pas inutile de rappeler que ce procès fut le plus important de toute la zone occupée pendant la période de 1940 à 1943. Le plus important par le nombre d’inculpés et des sentences qui ont suivi :37 condamnations à mort, le plus jeune André Rouault dont on ne parle pas assez, n’avait que 17 ans, l’âge de Guy Moquet à un mois près ! A ce procès viendra s’ajouter en Août 1943 le procès dit des « 16 » où 13 autres résistants communistes seront fusillés ou exécutés. Pour notre département l’année 1943 sera avec l’année 1941 une des plus sombres de cette période d’occupation.
Contrairement à ce qui se dit ici ou là, les martyrs du » procès des 42 »n’ont pas été oubliés ou occultés de la mémoire collective pendant 70 ans .Depuis 1945 notre comité célèbre chaque année ces résistants et œuvre à la mise en lumière de ces procès. Par contre il est incontestable qu’il aura fallu attendre le 60ème anniversaire pour qu’un hommage officiel leur soit rendu au terrain du champ de tir du Bêle.
Renée Losq y était présente .Nous savons combien sa parole a mis du temps à se libérer après-guerre pour témoigner de son incroyable survie dans les camps de concentration. Malgré les difficultés du quotidien, Renée faisait front et son engagement sans faille au sein de l’ ARAC (association républicaine des anciens combattants),de la FNDIRP( fédération nationale des déportés et internés , résistants et patriotes) et de notre Comité est là pour en témoigner.
Œuvrer pour la paix, faire « la guerre à la guerre » et « plus jamais ça » étaient ses leitmotiv.
Témoigner encore et toujours jusqu’au dernier souffle. Je me souviens, non sans émotion, de ses récits sur les atrocités commises dans les camps de concentration mais aussi de ses amitiés avec d’autres résistantes, Marcelle Baron, Gisèle Giraudeau et Marie Michel qui ont connu les mêmes souffrances.
Malheureusement, aujourd’hui ce travail de mémoire auprès de la jeunesse emprunte des chemins escarpés. C’est ainsi que nous entrons dans une nouvelle phase de confusion mémorielle en faisant du 11 Novembre une journée nationale d’hommage aux morts de toutes les guerres. Si nous ne voulons pas que toutes les mémoires soient confondues, c’est tout simplement pour que chaque génération réfléchisse et tire les enseignements de chaque guerre. Cette mémoire aseptisée peut aussi conduire en période de crise économique et sociale à un repli sur soi et à une acceptation inquiétante des idées populistes , racistes et xénophobes.
Ces idées se retrouvent en France mais également en Hongrie, Pologne, Pays bas ….L’extrême droite est actuellement représentée dans 16 assemblées nationales sur notre continent. Nous savons « que le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde »(Bertold Brecht)
Vigilance et clairvoyance , tel est le sens de cette cérémonie et des initiatives qui se tiennent dans notre ville actuellement et qui auront lieu successivement à Rezé, Nantes et La Chapelle Basse Mer les 15,16 et 17 Février prochain.
Enfin, au nom de notre comité je tiens à remercier la municipalité de Sainte Luce pour nous avoir associé, avec l’ARAC à ce groupe de travail animé par Anne Morinière et composé de plusieurs élus, de responsables municipaux et de l’association « Au bord du fleuve ».Pendant plus de 2 ans un travail remarquable a été mené en bonne intelligence.
Si vous le permettez , j’aimerais me tourner vers les enfants, les petits-enfants et arrières petits-enfants de Renée et Jean Losq pour leur manifester toute notre affection et leur dire tout simplement « je vous embrasse ».
Merci pour votre attention.

Article publié le - actualisé le